• Monique Touzin Orthophoniste, Hôpital Robert Debré et Hôpital Necker Enfants Malades,Paris LaurenceVaivre-Douret

     

    LES DIFFERENTS TROUBLES D APPRENTISSAGE

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

     UN ENFANT DYSLEXIQUE N EST PAS UNE DYSGRACE

    http://lavventura.blog.lemonde.fr/2016/02/22/un-enfant-dyslexique-nest-pas-une-dysgrace/?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1456149730

     

    enfants dys mep1 enfants dys mep2 enfants dys mep3 enfants dys mep4 enfants dys mep5 enfants dys mep6 enfants dys mep7 enfants dys mep8 enfants dys mep9 enfants dys mep10 enfants dys mep11 enfants dys mep12 enfants dys mep13 enfants dys mep14 enfants dys mep15

    Fiamma Luzzati ne publie pas régulièrement, mais vous pouvez vous abonner à ce blog ou la suivre sur  TwitterFacebook , Google+  et même Instagram

    MERCI à tous les lecteurs: grâce à vous mon livre a été réimprimé!

    POURQUOI LES FILLES - C1C4.indd

    en vente     sur amazon ou  http://www.placedeslibraires.fr

    Mille mercis à Mario Speranza, Professeur de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, Chef du Service de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent, Centre Hospitalier de Versailles.

    Les « dys » (définition médiatique et non scientifique) sont des troubles des fonctions cognitives et/ou des apprentissages qui se manifestent chez des enfants à l’intelligence et au comportement social normaux ne présentant pas de problèmes sensoriels (vue, ouïe). Ces enfants ont des difficultés à apprendre à lire, à écrire, à orthographier, à s’exprimer ou encore à se concentrer. Les caractéristiques de ces troubles sont leur chronicité et leur impact dans tous les domaines et activités, scolaires comme extra-scolaires.
    Les aires cérébrales impliquées, les manifestations et les prises en charge diffèrent selon les troubles. Cependant, l’association de plusieurs troubles est fréquente chez un même enfant : cela suggère l’existence d’un mécanisme commun qui serait à l’origine de ces dysfonctionnements, vraisemblablement au cours du développement. Cette piste est actuellement explorée par les chercheurs.

    Le diagnostic de ces troubles passe par un examen clinique de la part d’un médecin ou psychologue spécialisé et par un bilan neuropsychologique qui permet l’évaluation de l’ensemble des fonctions cognitives (évaluées compte tenu de l’âge de l’enfant, de son niveau intellectuel et de l’enseignement reçu). Le bilan cherche à déterminer les mécanismes qui sous-tendent les déficits observés.
    Durant les dernières années, on est passé de la stigmatisation à l’acceptation du handicap. Depuis 2006 les « avantages sociaux » prévus par la loi (le temps supplémentaire aux examens, la possibilité de disposer d’un clavier ou d’une auxiliaire de vie scolaire, par exemple) ont joué leur rôle dans ce changement d’attitude. Le champ du diagnostic - qui avant se limitait aux cas très graves - tend à s’étendre.

    Le trouble de l’attention et de l’hyperactivité (TDAH) est le plus fréquent des troubles dys. La prévalence dans la population (3 à 5%) est en forte croissance (notamment aux Etats Unis) probablement aussi en raison de facteurs sociaux et culturels. Les thérapies de ce trouble comportent une structuration adéquate de l’environnement autour de l’enfant, des psychothérapies adaptées en fonction de l’âge et parfois des médicaments (famille des amphétamines qui aident à focaliser l’attention et à améliorer les capacités de contrôle moteur et de l’impulsivité).
    La dyslexie, trouble durable d’acquisition de la lecture (difficulté à reconnaître les sons qui composent les mots et à les lire), s’accompagne souvent de la dysorthographie (trouble persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe), de la dysgraphie (difficulté à accomplir les gestes particuliers de l’écriture)  et de la dyscalculie (trouble sévère dans les apprentissages numériques).
    La dyspraxie, altération de la capacité à exécuter de manière automatique des mouvements déterminés, en l'absence de toute paralysie ou parésie des muscles impliqués dans le mouvement - fait partie de la même famille de troubles.

    Depuis 2003, le Projet d’Accueil Individualisé https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F21392 permet des aménagements scolaires et périscolaires de la crèche au lycée pour l’enfant porteur d’handicap (cf. le document « Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : quel plan pour qui ? » http://cache.media.education.gouv.fr/file/12_Decembre/37/3/DP-Ecole-inclusive-livret-repondre-aux-besoins_373373.pdf ).

    Le PAP  (PLAN D’ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISÉ (PAP)
Le plan d’accompagnement personnalisé permet à tout élève présentant des difficultés scolaires durables en raison d’un trouble des apprentissages de bénéficier d’aménagements et d’adaptations de nature pédagogique.  Il peut être proposé par le conseil d’école ou le conseil de classe. Il peut également être demandé par la famille. Le médecin scolaire fait un constat, au vu de l’examen qu’il réalise et, le cas échéant, des bilans psychologiques et paramédicaux réalisés. Le médecin scolaire rend alors un avis sur la pertinence de la mise en place d’un plan d’accompagnement personnalisé au vu de la présence ou non d’un trouble des apprentissages.
 Le plan d’accompagnement personnalisé est ensuite élaboré par l’équipe pédagogique, qui associe les parents et les professionnels concernés. La mise en oeuvre du plan d’accompagnement personnalisé est assurée par les enseignants au sein de la classe.

 Dans les situations où l'handicap est lourd et demande des adaptations précises et couteuses (ordinateur, Avs) il est préférable de faire un PPS.
 Le PROJET PERSONNALISÉ DE SCOLARISATION (PPS) concerne tous les enfants dont la situation répond à la définition du handicap telle qu’elle est posée dans l’article 2 de la loi de 2005 et pour lesquels la MDPH s’est prononcée sur la situation de handicap.
 C’est la famille (ou le représentant légal) qui saisit la MDPH afin de faire part de ses demandes et souhaits relatifs au parcours de formation de son enfant.
 L’équipe pluridisciplinaire d’évaluation (EPE), qui regroupe les différents professionnels des secteurs de la santé et de l’éducation, procède à l’évaluation de la situation de l’élève grâce au Geva-Sco première demande. Cette EPE élabore ensuite le PPS puis le transmet à la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). La CDAPH prend les décisions relatives au parcours de formation sur la base du projet personnalisé de scolarisation. Elle statue sur l’orientation des élèves : orientation en Clis,Ulis, ESMS et l’accompagnement. Le PPS précise les aménagements et adaptations pédagogiques nécessaires et favorise la cohérence des actions. Il permet à la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) de prendre les décisions relatives à la scolarisation en matière d’orientation (Ulis, IME, Sessad…), de matériel pédagogique adapté et d’aide humaine. Il comporte les préconisations utiles à la mise en oeuvre de ce projet.

    Certaines écoles proposent une pédagogie adaptée à ces troubles, c’est le cas à Paris des écoles CERENE http://www.cerene-education.fr/fr/accueilfr/a-propos-du-cerene , qui proposent un accueil et des aménagements spécifiques pour les enfants dys du CE1 à la 3e en vue de la réintégration d’un cursus traditionnel.

    La Fédération Française des Dys (FFDys) regroupe les différentes associations spécialisées dans le domaine des troubles spécifiques du langage et des apprentissages, en particulier la dyslexie, la dysphasie, la dyspraxie.  http://www.ffdys.com/

    Bibliographie

    Expertise collective. Dyslexie, dysorthographie, dyscalculie - Bilan des données scientifiques. Les éditions Inserm, 2007. http://www.ffdys.com/wp-content/uploads/2009/10/HISTOIRE2COMPRENDRE.pdf

    http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Difficultes_et_troubles_des_apprentissages_chez_l_enfant_a_partir_de_5_ans.pdf

    http://cache.media.education.gouv.fr/file/12_Decembre/37/3/DP-Ecole-inclusive-livret-repondre-aux-besoins_373373.pdf

    http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1276.pdf


    votre commentaire
  • https://celinearchambault.wordpress.com/2016/01/08/comprendre-lhyper-sensibilite/

     

    Comprendre l’hyper sensibilité

    personnes-sensibles-1

    On parle beaucoup d’hyper sensibilité, j’avais envie de raconter un peu ce que c’est que d’être hyper sensible au quotidien, parce qu’au fond, il existe beaucoup d’hyper sensibles qui s’ignorent.  

    Quand on est hyper sensible, toutes nos émotions, tous nos ressentis sont vécus intensément. Plus on est sensible, plus c’est intense. Que ce soit colère, tristesse, frustration, peur, déception, joie,  espoir,  gratitude, doute, fierté, inspiration, plaisir, nos émotions nous rentrent dedans. Ce qui est déroutant, c’est que l’on peut passer d’une émotion à l’autre en un fash … du rire aux larmes, du blues à l’euphorie. Mais quand on est mal, on est pas juste mal, on déprime. Quand on a peur, on n’est pas juste inquiet. on est angoissé, quand on est content, on n’affiche pas juste un sourire, on saute partout. On peut être totalement assailli par le doute un jour et le lendemain se prendre pour le roi du monde…et ce dans tous les domaines de notre vie . Il y a des jours ou je peux ressentir un mal de vivre si profond que j’aurais limite envie de me jeter dans le fleuve et il suffit d’un rien,  une nouvelle, un sourire pour que je me sente totalement connectée a la vie et que je vois la beauté dans tout.

    L’hyper sensible réagit à tout, au bruit, aux odeurs, à la lumière, à la foule. Je suis capable de quitter un endroit juste parce que la musique me tape sur les nerfs.

    Etre hyper sensible c’est avoir des capteurs extra sensoriels et un cerveau un peu différent des autres, un cerveau qui va très vite, qui passe d’une idée à l’autre, qui anticipe tout tout le temps. L’anticipation, c’est ce qui rend l’hyper sensible si vulnérable en fait. Parce qu’on ne s’en rend pas compte qu’on anticipe, c’est une fonction inhérente au cerveau de l’hyper sensible. On anticipe le comportement des autres, on anticipe notre journée, nos discussions, le gout de notre dîner, le temps qu’il doit faire, on anticipe de rentrer à la maison et de la retrouver toute propre,  on anticipe les besoins de nos proches, on anticipe que notre beau livre tout neuf reste tout neuf longtemps, on anticipe que tout se déroule comme on le prévoit.  On anticipe tellement que l’on crée des attentes. On passe son temps à attendre que tout se déroule selon nos planifications mentales. Ce qui est terriblement dérangeant pour l’hyper sensible c’est de réaliser que rien ne se déroule comme on le souhaite. Si le livre tout neuf est abîmé, si la maison est sale, si l’autre a décidé de partir à gauche alors qu’on voulait qu’il parte à droite, si la brique de lait n’est pas à sa place habituelle dans le supermarché,  si il pleut alors qu’on est a la plage et que c’est la seule semaine de vacances qu’on a par an, c’est une catastrophe nucléaire intérieure.  Il perd le contrôle … s’ensuit alors une réaction excessive : colère, frustration, profonde tristesse, anxiété … pétage de plomb en bonne et due forme.

    En fait l’hyper sensible est binaire. Soit cela se passe comme il l’anticipe (alors même qu’il ne conscientise pas ce qu’il anticipe), soit c’est l’horreur.

    Ce qui est terrible pour l’hyper sensible, c’est que la vie est une petite farceuse, et plus on attend, moins on reçoit… plus on attend, plus on attend !  Pour résumer ce magnifique tableau, l’hyper sensible est destiné à se sentir mal souvent, très très souvent.

    Sans compter les autres petits inconvénients comme :

    • la difficulté à s’intégrer dans un groupe social ou autre, la sensation de ne pas être normal, l’impression de trop réfléchir tout le temps de ne pas pouvoir vivre les choses simplement
    • les troubles anxieux :  crises d’angoisse (parce qu’on a un cerveau tellement génial qu’il se crée des scénarios catastrophes tellement crédibles qu’il les croit), les phobies (même processus que l’angoisse mais en déplaçant l’objet de l’angoisse sur autre chose : animal, situation, environnements etc …) etc …
    • l’hyper sensibilité aux énergies des gens, des lieux, de l’environnement.
    • l’hyper sensibilité à des vibrations plus élevées, certaines personnes vont ressentir, voir, entendre leur guide, ou des personnes décédées etc …

    Mon mari me disait encore hier : « Qu’est ce que je suis content de ne pas être comme vous ! » … Je le comprends ! bien des fois j’aimerais appuyer sur pause, ou réduire le volume. D’un autre côté, mieux connaitre l’hyper sensibilité m’a permis d’accepter tout le package.

    Aujourd’hui je comprends mieux mes réactions et celles de mon fils, et j’apprends ainsi à les gérer, les intégrer, les équilibrer à les aimer.

    Parce qu’au delà de tout ça, être hyper sensible, c’est avoir une empathie surdeveloppée, c’est avoir accès à l’autre différemment, c’est le sentir, le comprendre, l’écouter autrement, c’est avoir une conscience du monde, de ce qui nous entoure, du bien comme du mal,  de la beauté, de la nature,  des petits riens, des grands touts, c’est aimer autrement, vivre autrement. L’hyper sensibilité offre une saveur de la vie particulière. Ca ne veut pas dire que c’est mieux, ni moins bien, c’est différent.

    Etre hyper sensible ce n’est pas une mince affaire … mais c’est aussi une chance pour celui qui accueille son caractère unique, bizarrement extraordinaire, dans toute sa complexité et sa richesse.


    votre commentaire
  •  

    Vous trouverez ici toutes sortes d'informations concernant le Tdah, les Ted, l'Autisme, Les Dys, La scolarisation, Les lois, Les décrets, ...etc... Vous retrouverez sur ce blog un condensé de mes pages qui seront supprimées au fur et à mesure J'espère que vous apprécierez.

    Vous trouverez ici toutes sortes d'informations concernant le Tdah, les Ted, l'Autisme, Les Dys, La scolarisation, Les lois, Les décrets, ...etc...
    Vous retrouverez sur ce blog un condensé de mes pages qui seront supprimées au fur et à mesure
    J'espère que vous apprécierez.


    2 commentaires