• Quand le stress les rend malades

    Quand le stress les rend malades

     

     

     

    Des enfants vomissent avant d’aller à l’école, d’autres n’arrivent pas à trouver le sommeil... Les troubles anxieux, longtemps associés aux adultes, sont maintenant diagnostiqués chez de jeunes enfants. Lumière sur ce mal qui paralyse nos petits. 

    Un enfant à la santé équilibrée ne tombera pas malade à cause de petits stress quotidiens. Cependant, les enfants qui sont fatigués, qui ne mangent pas assez sainement ou qui ne font pas assez d’exercice peuvent se sentir affaiblis par le stress. L’anxiété pourrait alors affecter leur système immunitaire. Par exemple, il se peut qu’ils aient plus de chances d’attraper une maladie comme un rhume. Les effets physiques du stress sur les enfants se manifestent souvent par: 

    - des palpitations et l’impression que le cœur bat plus vite;

     - de la difficulté à déglutir;

    - une sensation de boule dans la gorge;

    - des douleurs épigastriques;

    - des troubles du transit (diarrhée);

    - des vomissements;

    - de la difficulté à respirer;

    - une sensation d’étouffement;

    - de l’hyperventilation;

    - des vertiges et des maux de tête;

    - des troubles du sommeil;

    - de la difficulté à se concentrer;

    - des problèmes de mémoire. 

    Comment réduire son stress

    Assurer à votre enfant une alimentation saine et vérifier qu’il dort suffisamment sont les premières choses à faire pour permettre à son corps de surmonter convenablement les crises de stress.

    • Montrez-vous disponible tous les jours. Soyez prêt à discuter avec lui s’il en a besoin.

    • Discutez avec lui des causes qui peuvent être à l’origine de ses inquiétudes. Ensemble, vous pouvez arriver à trouver des solutions.

    • Aidez votre enfant à anticiper les situations stressantes en le prépa- rant à les affronter. Par exemple, prévenez-le longtemps à l’avance en cas de visite chez le médecin et expliquez-lui comment le rendez- vous se déroulera. 

      Expliquez à votre enfant qu’il est normal de se sentir en colère, d’avoir peur ou de se sentir anxieux. Faites-lui comprendre qu’il n’est pas le seul à ressentir ce genre de chose et à éprouver ce type de sentiments. 

    Des études montrent que près de 20% des enfants souffrent d’anxiété extrême. 

    ON SUGGÈRE DE CONSULTER SI L’ANXIÉTÉ:

    • nuit aux activités familiales;

    • empêche l’enfant de se faire des amis

    • perturbe les habitudes de sommeil de l’enfant;

    • devient une excuse pour ne pas aller à l’école;

    • mène à un comportement compulsif;

    • aboutit à des peurs extrêmes ou à des phobies. 

    Et le yoga?

    Voir nos enfants grandir, c’est aussi se replonger dans nos propres souvenirs. La première fois qu’on quitte la maison pour la nuit, qu’on prend le bus, qu’on passe un examen... Cela, ajouté au stress de la pression que les enfants s’induisent eux-mêmes, mène au développement de petites personnes anxieuses qui ne savent pas exprimer
    ce qu’elles vivent de façon cohérente. Alors les petits se choquent, font des crises, résistent... Et si quelqu’un leur apprenait à gérer leur stress? Voici donc trois postures de yoga qui aideront vos enfants à revenir au calme. Faites ces exercices ensemble et amusez-vous! Riez beaucoup: c’est le meilleur antidote au stress!

    La montagne

    Debout, les pieds à la largeur des hanches, inspirez par le ventre et levez les bras en l’air, les épaules vers le bas et les paumes des mains face à face. Expi- rez et devenez fort et stable comme une montagne en engageant les muscles des jambes, des fesses et des bras. Rien ne bouge à part le ventre pour respirer! Relâchez le visage et la mâchoire. Respirez profondément et lentement
    5 fois. Faites répéter à l’enfant «je suis grand, je suis fort, je suis stable».

    L’arbre

    Fixez un point devant vous sur le sol, en gardant la tête droite. La jambe gauche devient un tronc d’arbre, et, en dessous des pieds, se forment de grandes racines qui voyagent profondément dans la terre. Le pied droit monte le long du tronc d’arbre comme un écureuil et il se stabilise en bas ou en haut du genou. Le genou s’ouvre sur le côté sans faire bouger le reste du tronc d’arbre. Les jambes sont fortes et engagées. Les bras et les mains deviennent les branches et les feuilles, et s’étirent vers le soleil. Respirez 5 fois en gardant le tronc d’arbre le plus stable possible, et les bras peuvent danser dans le vent.

    À l’expiration, faites le bruit du vent.

    Le chien tête baissé

    À quatre pattes comme un petit ou grand chien, les mains juste à l’avant des épaules et les genoux sous les hanches, poussez les fesses vers le haut en étirant les bras. Étirez le dos comme le fait un chien en poussant dans les mains et étirez les jambes vers l’arrière. Inspirez profondément et expirez en jappant! Refaites l’exercice 5 fois.

    Repos

    Assis sur les talons, les genoux ouverts sur le côté pour que le ventre respire bien, les bras devant, le front sur le sol. Prenez 2 grandes respirations et ensuite couchez-vous sur le dos et faites le mort pendant 2 minutes.

    À la fin, remettez les mains sur le cœur et répétez «je suis calme».


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :