• Mon enfant ne veut pas retourner à la garderie

    Mon enfant ne veut pas retourner à la garderie

     

    Voici une question reçue de la part d’un parent qui en rejoindra certainement plusieurs.

    Question:

    Bonjour,

    Je pense que mon fiston fait de l’anxiété… il a changé de garderie en début d’été (4 ans maintenant) et après 2 semaines de nouvelle garderie (super heureux, trippait, il se trouvait super grand d’aller dans une nouvelle garderie, bref le bonheur…) il a ensuite passé 3 semaine en congé avec nous. Et là, depuis une semaine, le retour à la garderie est infernal…. En fait, il pleure les premières minutes qu’on le laisse (il dit qu’il ne veut pas y aller, veut rester avec nous… vous voyez le portrait) mais l’éducatrice dit qu’ensuite, il va super bien. Je n’ai pas noté de changement dans son comportement à la maison, sinon qu’il est plus affectueux, et que les départs sont plus difficiles. Est une phase normale? De l’anxiété? Dois-je consulter? Je ne peux pas croire que tous mes matins, je vais devoir le laisser en pleurs… j’essaie d’être super « hop la vie », pourtant. Merci.

    Geneviève

    Réponse

    Allo Geneviève,

    Je ne crois pas que vous deviez consulter pour l’instant puisque votre fils semble aller bien le reste du temps. Je vous suggère plutôt de discuter avec lui un peu et surtout écouter ce qui fait qu’il n’a pas le goût d’aller à la garderie le matin.  Ensuite, vous pourrez valider ce qu’il ressent: « Hum… oui, moi aussi j’aurais bien aimé rester en vacances, c’est le fun quand on est ensemble tous les jours … Mais en même temps c’est le fun aussi de retrouver ses amis hein? » Il faudra simplement lui dire qu’il est normal qu’il aie envie de rester à la maison, que cette petite tristesse de se séparer de vous est légitime et qu’il ne doit pas s’en inquiéter. Vous pouvez ensuite lui faire remarquer que la tristesse part toute seule au bout de quelques minutes et qu’ensuite il s’amuse. … Dans l’anxiété, plus on tente de NE PAS être anxieux, pire c’est. Donc on accueille l’émotion et on la laisse partir d’elle-même.

    Il se peut aussi qu’à 4 ans, votre fils aime bien créer des réactions. Les enfants de cet âge adorent faire des choses juste pour voir comment les adultes réagiront. Donc, après cette discussion, je vous suggère de ne presque plus faire de cas des ses pleurs le matin. Vous pouvez lui dire: « Écoute, il y a cette petite tristesse à l’intérieur de toi le matin, tu peux l’écouter et pleurer ou encore penser à tes amis et au plaisir que tu auras et la petite tristesse va s’en aller si tu ne t’en occupes pas ».

    Ensuite, le matin, s’il pleure, vous lui dites simplement: « Ho! Je vois que ta petite tristesse est là ce matin? Dis-lui bonjour et on ne s’en occupe plus, d’accord?. » Ensuite, vous faite comme si de rien était, comme s’il ne pleurait pas. Vous discutez avec lui d’autre chose sans jouer les amuseurs public, vous ne tentez pas de le remettre de bonne humeur, ni de le consoler à l’excès. S’il le réclame, vous pouvez le prendre dans vos bras brièvement ou le rassurer un peu, sans toutefois y passer trop de temps. L’idée est de ne pas alimenter les pleurs en donnant trop d’attention à celles-ci, mais sans nier sa tristesse ni ignorer totalement l’enfant.

    Ne vous en faites pas s’il pleure encore quelque temps et ne lui mettez pas de pression car plus vous êtes inquiètes de ses pleurs, plus vous accentuez son anxiété. Attendez un bon mois pour lui permettre de se réadapter à son milieu,  mais si ça perdure au-delà de cette période ou si vous remarquez des changements importants dans son appétit, dans son sommeil ou des maux de ventre et des étourdissements, il pourra être judicieux de consulter un psychologue pour enfant, spécialisé dans l’anxiété.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :