• WAIS 4

    Le test WAIS (Wechsler Adult Intelligence Scale) a été élaboré par David Wechsler, psychologue américain, en 1968 et a fait l’objet de plusieurs versions. La dernière version est la WAIS-IV datant de 2011.

    L’objectif de la WAIS IV est d’évaluer le fonctionnement intellectuel général chez les adolescents à partir de 16 ans et chez les adultes.

    Le test de l’efficience intellectuelle WAIS 4 est un test validé scientifiquement et considéré comme une référence internationale pour l’évaluation du fonctionnement intellectuel global. A partir d’une très grande variété d’épreuves, il permet d’évaluer quatre dimensions qui sont sollicitées dans les capacités d’apprentissage : la compréhension verbale, le raisonnement perceptif, la mémoire de travail et la vitesse de traitement.

    L’objectif de ce bilan est de tester l’efficience intellectuelle de l’adolescent ou de l’adulte afin de comprendre son fonctionnement intellectuel et d’identifier ou de confirmer un éventuel haut potentiel intellectuel.

    Les points forts et les points plus faibles du fonctionnement cognitif sont mis en évidence. Tous les résultats sont en référence aux personnes de la même tranche d’âge.

    Les adultes peuvent appréhender cette passation de test. Toutefois, le matériel attrayant et le climat bienveillant et convivial dans lequel se déroulent les épreuves font que les personnes apprécient généralement de passer le test.

    Le déroulement du bilan du potentiel intellectuel au cabinet Barret Conseil comprend plusieurs phases : passation du test WAIS 4, correction du test de QI, rédaction du compte-rendu, puis restitution des résultats suivis de préconisations.
    Tarif : 300 euros avec un compte-rendu écrit à la fin du bilan.

    Ce bilan est exclusivement effectué par Virginie Barret, psychologue clinicienne et de l’orientation, spécialisée pour les Hauts Potentiels Intellectuels.

     


    votre commentaire
  • WPPSI 3

    Le test WPPSI (Wechsler Preschool and Primary Scale of Intelligence) a été élaboré par David Wechsler, psychologue américain, en 1967 et a fait l’objet de plusieurs versions. La dernière version est la WPPSI-III qui date de 2002.

    L’objectif de la WPPSI-III est d’évaluer le fonctionnement intellectuel général chez les jeunes enfants. Ce test comporte deux formes distinctes selon l’âge des enfants : une pour les plus jeunes de 2 ans et demi à 4 ans et une autre de 4 ans à 6 ans.

    Le test du potentiel intellectuel WPPSI 3 (test QI) est un test validé scientifiquement et considéré comme une référence mondiale pour l’évaluation du fonctionnement intellectuel global. Il permet d’évaluer trois dimensions qui sont sollicitées dans les capacités d’apprentissage : la  dimension verbale, la dimension performance (non verbale) et la vitesse de traitement.

    Ce test WPPSI-III permet de comprendre le fonctionnement intellectuel chez les jeunes enfants et d’identifier ou de confirmer un éventuel haut potentiel intellectuel.

    Lors des résultats, les points forts et les points plus faibles du fonctionnement cognitif sont mis en évidence. Tous les résultats sont en référence aux personnes de même âge.

    Le matériel de ce test est ludique et adapté au niveau de développement des enfants qui apprécient généralement de passer les épreuves considérées comme des jeux, dans un climat bienveillant.

    Le déroulement du bilan du potentiel intellectuel au cabinet Barret Conseil comprend plusieurs phases : passation du test WPPSI 3, correction du test de QI, rédaction du compte-rendu, puis restitution des résultats à la famille suivis de préconisations.
    Tarif : 280 euros avec un compte-rendu écrit à la fin du bilan.

    Ce bilan est exclusivement effectué par Virginie Barret, psychologue clinicienne et de l’orientation, spécialisée pour les Hauts Potentiels Intellectuels.

     


    votre commentaire
  • WISC 4

    Le test WISC (Wechsler Intelligence Scale for Children) a été élaboré par David Wechsler, psychologue américain, en 1949 et a fait l’objet de plusieurs versions. La dernière version est la WISC-IV datant de 2005.

    L’objectif de la WISC IV est d’évaluer le fonctionnement intellectuel général chez les enfants et les adolescents de 6 ans à 16 ans.

    Le test de l’efficience intellectuelle WISC IV (test QI) est un test validé scientifiquement et considéré comme une référence internationale pour l’évaluation du fonctionnement intellectuel global. A partir d’une grande variété d’épreuves, il permet d’évaluer quatre dimensions qui sont sollicitées dans les capacités d’apprentissage : la compréhension verbale, le raisonnement perceptif, la mémoire de travail et la vitesse de traitement.

    L’objectif de ce bilan est de tester l’efficience intellectuelle de l’enfant ou de l’adolescent, afin d’identifier ou de confirmer un éventuel haut potentiel intellectuel et de comprendre son fonctionnement intellectuel.

    Lors des résultats, les points forts et les points plus faibles du fonctionnement cognitif sont mis en évidence. Tous les résultats sont en référence aux personnes de même âge.

    Le matériel de ce test est attrayant et les enfants apprécient généralement de passer les épreuves considérées plutôt comme des jeux, dans un climat bienveillant.

    Le déroulement du bilan du potentiel intellectuel au cabinet Barret Conseil comprend plusieurs phases : passation du test WISC 4, correction du test de QI, rédaction du compte-rendu, puis restitution des résultats à la famille suivis de préconisations.

    Tarif : 280 euros avec un compte-rendu écrit à la fin du bilan.

    Ce bilan est exclusivement effectué par Virginie Barret, psychologue clinicienne et de l’orientation, spécialisée pour les Hauts Potentiels Intellectuels.

    Le test WISC (Wechsler Intelligence Scale for Children) a été élaboré par David Wechsler, psychologue américain, en 1949 et a fait l’objet de plusieurs versions. La dernière version est la WISC-IV datant de 2005.

    L’objectif de la WISC IV est d’évaluer le fonctionnement intellectuel général chez les enfants et les adolescents de 6 ans à 16 ans.

    Le test de l’efficience intellectuelle WISC IV (test QI) est un test validé scientifiquement et considéré comme une référence internationale pour l’évaluation du fonctionnement intellectuel global. A partir d’une grande variété d’épreuves, il permet d’évaluer quatre dimensions qui sont sollicitées dans les capacités d’apprentissage : la compréhension verbale, le raisonnement perceptif, la mémoire de travail et la vitesse de traitement.

    L’objectif de ce bilan est de tester l’efficience intellectuelle de l’enfant ou de l’adolescent, afin d’identifier ou de confirmer un éventuel haut potentiel intellectuel et de comprendre son fonctionnement intellectuel.

    Lors des résultats, les points forts et les points plus faibles du fonctionnement cognitif sont mis en évidence. Tous les résultats sont en référence aux personnes de même âge.

    Le matériel de ce test est attrayant et les enfants apprécient généralement de passer les épreuves considérées plutôt comme des jeux, dans un climat bienveillant.

    Le déroulement du bilan du potentiel intellectuel au cabinet Barret Conseil comprend plusieurs phases : passation du test WISC 4, correction du test de QI, rédaction du compte-rendu, puis restitution des résultats à la famille suivis de préconisations.

    Tarif : 280 euros avec un compte-rendu écrit à la fin du bilan.

    Ce bilan est exclusivement effectué par Virginie Barret, psychologue clinicienne et de l’orientation, spécialisée pour les Hauts Potentiels Intellectuels.

     


    votre commentaire
  • Motricité fine : les méthodes pour aider votre enfant Version imprimable Suggérer par mail
    17-04-2010
    photo troubles des gestesIl peine à fermer une porte, ne sait pas boutonner sa chemise, ni saisir un gobelet. En psychomotricité, le travail portera sur la mobilité manuelle et la coordination œil/main. Avec son kiné, il apprendra à moduler son tonus musculaire. En ergo, il sera mis en situation pour mieux affronter le quotidien. 10 professionnels (issus de disciplines variées) et 6 parents-témoins apportent leur expertise sur les rééducations qui peuvent l’aider.

    Le rôle de la psychomotricité

    Travailler la prise en main
    En séance de psychomotricité, le travail portera d’abord sur la mobilité manuelle. L’idée est d’entraîner ou de réactiver le mécanisme d’ouverture et de fermeture des doigts sur l’objet, la dissociation et la rotation des doigts. La rééducation implique aussi d’adapter son geste en fonction de la forme et de la taille de l’objet. « Nous cherchons avec l’enfant la meilleure manière de saisir un objet pour rendre le geste le plus facile et le plus efficace possible, explique Sophie Allard, psychomotricienne. Cela passe par des jeux qui font intervenir la paume, le pouce et les doigts : on ramasse, on tient, on lâche, on empile, on encastre, etc. » Un travail complété en ergothérapie par des mises en situation filmées, comme l’explique Gwénaëlle Lefévère : « Je filme l’enfant en train de saisir une grosse vis de Meccano, par exemple. Je lui montre la vidéo, je lui demande si son geste est perfectible, et on y retourne ! »

    Le point de vue du kinésithérapeute

    Stimuler les sens
    La dextérité ne se résume pas à bien saisir, il faut aussi savoir moduler sa force (pression, contraction). « Chez les enfants porteurs de troubles sensorimoteurs, la qualité des informations transmises au cerveau par les sens est affectée, note Jean-Claude Riou, kiné-conseil au sein de l’AFM. En réponse, le réglage du tonus musculaire est donc approximatif et les gestes sont mal dosés. » La kinésithérapie permettra d’entraîner le système sensoriel de l’enfant en le mettant par exemple au contact de textures diverses (du riz, de la semoule, des billes, des balles en mousse, des ballons de baudruche) ou de températures variées. De cette façon, les informations transmises au cerveau vont s’affiner et la réponse musculaire sera plus appropriée.

    Les astuces de l’ergothérapeute

    Coordonner ses gestes
    « En ergothérapie, la plupart des exercices dédiés à la coordination des gestes convergent vers un seul objectif : faire prendre conscience à l’enfant que ses deux mains peuvent agir indépendamment et que ce savoir-faire lui sera utile au quotidien, note Gwénaëlle Lefévère. Nous utilisons une approche progressive en augmentant la difficulté au fur et à mesure : emboîter-déboîter, transvaser, enfiler des perles, visser-dévisser… » Le principe est le même pour la coordination œil-main : « On propose d’abord à l’enfant de pointer un objet du doigt. Lorsque ce geste est acquis, on lui demande de pointer l’objet, puis de le saisir, et de le déplacer en le suivant des yeux, etc. »

    Retrouvez la suite de cet article dans notre dossier consacré aux « Troubles du geste » dans Déclic n°135 (mais-juin 2010)
    avec aussi :
    • Une interview de Michèle Mazeau, médecin de rééducation, spécialisée en neuropsychologie infantile, qui explique « Pourquoi (et comment) se préoccuper des troubles du geste » ;
    • Les astuces et les conseils d’une ergo, d’une psychomotricienne, d’un orthoptiste, d’un kiné, d’une graphothérapeute, d’une neuropsychologue si votre enfant « ne sait pas s’organiser », « bouscule ou casse tout », « lit très mal », « écrit de façon illisible », « ne sait pas se servir de l’ordinateur » ;
    • Un focus sur les causes possibles du trouble en fonction des symptômes ;
    • Un tour d’horizon des méthodes et concepts rééducatifs à connaître : Pető, Snoezelen, l’intégration neurosensorielle, Affolter, le concept Bobath,  Fransya, Ouros, ABC Boum etc. ;
    • Les témoignages de parents d’enfants porteurs de troubles du geste, qui racontent leur parcours de rééducation ;
    • Une présentation de jouets qui peuvent aider votre enfant à surmonter ses difficultés ;
    • Des idées d’exercices « à faire à la maison ».

    votre commentaire
  •  

    Le bilan ergo en 7 questions Version imprimable Suggérer par mail
    17-06-2012
    bilan ergoNombre d’enfants autistes souffrent de troubles de la motricité fine, qui influent sur les actes du quotidien en rendant certains gestes précis difficiles. L’ergothérapeute est le mieux placé pour les évaluer, et les aider à développer leurs habiletés motrices.

    Qui prescrit le bilan ?

    Dans l’idéal, les différents bilans paramédicaux sont coordonnés par le médecin qui suit votre enfant, souvent le pédopsychiatre ou le neuropédiatre. Il établit leur ordre en fonction de ses premières observations et de l’âge de Lulu. Vous serez également questionné pour repérer ses difficultés au quotidien et pour déterminer si ses perceptions sensorielles sont plus ou moins développées, des données très utiles à l’ergothérapeute. Ce dernier peut être plus particulièrement formé à l’appréhension des spécificités liées à l’autisme, notamment les aspects sensoriels qui pénalisent ou au contraire aident un enfant autiste dans ses activités.

    Quelles fonctions sont évaluées ?

    Le bilan porte sur la motricité fine, la force musculaire en fonction de l’âge, la coordination des membres supérieurs et des mains, mais aussi sur les difficultés à exécuter un geste et sur les troubles d’ordre praxique. L’enfant arrive-t-il à se représenter, à planifier et à enchaîner les différents gestes nécessaires à la réalisation d’une tâche ? Arrête-t-il son mouvement au bon moment ? A-t-il tendance à persévérer même si cela ne marche pas ? L’ergothérapeute repère aussi les gestes stéréotypés de Lulu, sa façon de détourner l’utilisation d’un objet, souvent pour se stimuler. Sur le plan visuospatial, il évalue la capacité à coordonner regard et mouvements, à situer les choses dans l’espace, à fixer et à suivre des yeux…

    Comment mesurer ses difficultés ? Combien de temps faut-il prévoir ? A quoi ça sert ? Quels aménagements peuvent être proposés ?


    Retrouvez toutes les réponses dans Déclic n°148 (juillet-août 2012)

    Parents d’enfant autiste, atteint du syndrome d’Asperger ou autre forme de trouble envahissant du développement, vous trouverez dans le guide déclic "Mon enfant est autiste " tous les conseils dont vous avez besoin pour accompagner votre enfant.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique