• La problématique de l’alimentation en autisme

    La problématique de l’alimentation en autisme

    Dans le sens commun, l’autisme est souvent  compris comme une réalité unique et symbolisé par un individu enfermé dans sa bulle. L’autisme est tout autre, l’autisme est pluriel. Aux vues des dernières recherches en autisme, il est maintenant possible de dire qu’il existe autant d’autismes, qu’il existe d’autistes. L’autisme est un trouble neuro-développemental complexe. Dans cet article, nous allons aborder un des aspects présent dans les troubles du spectre autistique (TSA) :  

     

     

    la problématique de l’intégration neuro-sensorielle

    Alors même qu’il ne sera pas possible d’aborder l’ensemble des dimensions constituant les troubles de l’intégration neuro-sensorielle, nous allons tout de même nous intéresser à une réalité précise souvent commune dans le développement dysharmonique des enfants présentant des TSA. En effet, les élèves rencontrés dans notre quotidien expriment des profils neuro-sensoriels atypiques, – tantôt hypersensibles dans un domaine (par exemple auditif), tantôt hyposensibles dans un autre (par exemple vestibulaire). Ceci dit, un dénominateur commun semble toutefois les relier :

    des difficultés ou particularités alimentaires

    Concrètement, ces particularités sensorielles amènent les enfants à exprimer des comportements et attitudes généralement inadéquats ou décalés. Pour les parents, la tendance générale oscille souvent, entre autres,

       à devoir déborder de créativité pour essayer d’amener leur enfant à diversifier sa nourriture – avec souvent peu de succès

      à devoir déborder d’attention afin de reproduire fidèlement les particularités contextuelles comprises comme obligatoirement nécessaires pour que leur enfant se nourrisse (ex : formes, couleurs, ou matières des ustensile)

       à devoir utiliser des compléments alimentaires

    Pour accompagner de manière adéquate un enfant dans un de ses domaines du développement, il s’agit d’abord de se munir d’outils d’observations et de compréhensions des problématiques approchées. En d’autres mots : bien comprendre pour bien agir ! Dans le domaine de l’accompagnement des difficultés de régulations neuro-sensorielles, différents outils d’évaluation existent. Nous ne citerons que les plus connus:

      Le profil sensoriel de Dunn
      Le Hawaii Early Learning Profile (HELP)
      Le ASECRET de Miller

    Ces derniers amènent souvent à la mise en place de véritables diètes sensorielles auprès des enfants évalués. Si vous désirez plus d’informations à ce sujet, veuillez vous référer à la bibliographie en fin d’article ou mettez-vous en relation avec des professionnel-le-s formé-e-s situé-e-s à proximité de Genève. Dans l’attente d’une diète sensorielle adaptée aux besoins spécifiques de votre enfant, et alors même qu’il n’existe pas de solution miracle ou unique pour toutes et tous, certaines recommandations peuvent toutefois s’avérer utiles ou efficaces avec certains enfants. A cet effet, Autism Speaks a élaboré une brochure à l’intention des parents. Cette dernière débouche sur des recommandations concrètes et pratiques. Nous en avons fait une synthétique traduction personnelle. Accédez au texte intégral original

    Que faire pour aider son enfant autour de la question
    de l’alimentation à la maison ?

    Quelques recommandations-clés : (Autism Speaks)

     Définissez un programme / une routine d’alimentation

    Demandez à votre enfant de manger à la même place (adaptée) et suivez le même horaire de repas / la même routine. Le fait de garder le même temps, le même lieu et la même routine pour le repas devrait permettre à votre enfant de savoir ce qui va se passer pendant ce moment et clarifier ce qui est attendu de lui pendant les repas.

     Évitez de manger toute la journée

    Essayez de ne pas laisser votre enfant grignoter durant toute la journée ou de laisser de la nourriture / des boissons à sa disposition. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, cela diminue l’appétit ou encore la volonté d’essayer de nouveaux aliments. De plus, le nombre total de calories prises durant la journée augmente significativement. Il est alors recommandé de proposer cinq ou six repas réguliers / collations par jour à votre enfant et de limiter l’accès aux aliments aux autres moments de la journée.

    Afin d’aider votre enfant à prendre un nouveau rythme d’alimentation, les autres membres de la famille ne doivent pas grignoter toute la journée non plus. En effet, si votre famille s’alimente toute la journée, votre enfant aussi ! ;-)

     Fournissez un siège confortable et soutenant

    Placez votre enfant dans une chaise haute / réhausseur ou à une table  basse (taille enfant) afin qu’il puisse être bien assis, sans se balancer ou balancer ses pieds. Un marche pied ou une pile de vieux livres peuvent être utilisés pour le soutien de ses pieds. Cette stabilité physique favorise les comportements de bonne alimentation et réduit les comportements gênants en permettant à votre enfant de se sentir bien stable et en toute sécurité. Avec des appuis surs, sa motricité fine n’en sera qu’améliorée !

     Limitez le temps du repas

    De façon générale, même les mangeurs difficiles s’alimentent principalement dans les 30 premières minutes du repas (s’ils s’alimentent). De ce fait, limitez les repas / collations à max. 15-30 minutes. Au-delà, l’attention et l’intérêt de votre enfant sont probablement devenus très faibles.

    A la fin du repas, enlevez tous les aliments et permettez à votre enfant de passer à d’autres activités.

     Minimisez les distractions

    Les distractions telles que la télévision, le smartphone, la tablette ou tout autre centre d’intérêt particulier en dehors de l’activité du repas peuvent détourner considérablement l’attention que votre enfant devrait apporter à sa nourriture. (Il n’est pas ici question de discuter les aspects renforçants de tels objets. Retenons seulement que toute bonne stratégie de soutien doit impérativement prévoir sa propre stratégie d’estompage). ;-)

    Nourrissez votre enfant seulement quand il est vigilant et attentif. De ce fait, n’essayez pas de vite mettre un aliment dans la bouche de votre enfant de manière stratégique et confuse.

     Faites participer votre enfant

    Permettez à votre enfant d’aider à la sélection et la création de son repas (même si ce dernier n’a plus l’aspect et le goût habituel du produit final). ;-)

    Impliquez votre enfant en lui permettant d’explorer et de « jouer » avec des aliments inconnus ou encore difficiles à accepter, sans forcément avoir tout de suite l’espoir qu’il puisse les manger. Parfois, ce type de stratégie permet à l’enfant de  se désensibiliser vis-à-vis de certaines formes, textures, couleurs ou encore certains goûts.

     Développez une pratique saine et agréable de vos comportements alimentaires

    Les enfants apprennent par l’observation. Pendant les repas en famille, les parents et les autres membres de la famille peuvent explicitement modéliser les bons comportements alimentaires de l’enfant.

    Faites aussi des repas plaisir et essayez de ne pas trop vous concentrer sur l’alimentation de votre enfant. De ce fait, tout en incitant votre enfant à toucher, sentir, mettre en bouche, goûter un nouvel aliment, restez vigilant à ne pas forcer ! Des comportements-défis risquent de surgir.

    En faisant des choix alimentaires « sains » pour toute votre famille, vous montrez à votre enfant comment choisir des aliments « sains » aussi. Toutefois, les choses s’installent en douceur, chaque nouveauté doit être travaillée de façon stratégique et au rythme de votre enfant.

     Récompensez les comportements positifs 

    Félicitez votre enfant lorsqu’il s’approche ou tente de manger de nouveaux aliments. Les récompenses doivent être immédiates et concrètes. L’utilisation de bulles de savon, un autocollant apprécié, quelques instants avec un jeu favori, un aliment favori peuvent être autant de renforçateurs utiles pour encourager de nouveaux comportements alimentaires. Rappelez-vous que les bons comportements de repas enrichissants vont augmenter la probabilité qu’ils se reproduisent.  ;-)

     Ignorez les comportements négatifs

    Lorsque cela vous est possible, faites semblant « d’ignorer » votre enfant quand il fait des choses inadéquates telles que cracher, jeter ou de refuser la nourriture, vous frapper. En effet, rappelez-vous que vous allez aider significativement votre enfant à ne pas reproduire ces comportements en leur apportant systématiquement une réponse neutre. Une bonne gestion de ces comportements-défis peut nécessiter la consultation d’un spécialiste.

     Rappelez-vous la règle de 3

    Afin de stimuler le plaisir de votre enfant en lien avec l’alimentation, il est important d’offrir des aliments qu’il aime déjà, mais ainsi que des aliments que votre enfant n’aime pas. Une bonne règle est de ne proposer que trois aliments à la fois. Deux aliments que votre enfant aime déjà et une nourriture qu’il n’aime pas. Si votre enfant ne tolère pas la nouvelle nourriture sur son assiette, placez-la près de lui sur une assiette séparée pour l’aider à sa nouvelle utilisation.

     Présentez les choses de manière ludique

    Présentez les nouveaux aliments à votre enfant par petites bouchées et de différentes façons amusantes ou familières pour augmenter sa probabilité de réussite !

    N’hésitez pas à partager avec nous vos expériences ou commentaires. En espérant que cet article vous aura été utile, merci de le partager… à votre tour. ;-)

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :