• La Dopamine

    Nouvelle compréhension: la dopamine n'est plus le neurotransmetteur du plaisir

     

     

     

     

    Contrairement à ce qui est généralement considéré, le neurotransmetteur dopamine n'est pas lié à l'expérience du plaisir, expliquait le psychologue John Salamone de l'Université du Connecticut (États-Unis) dans la revue Neuron en novembre dernier.

     

    Au début des années 1980, expliquait-il, le National Institute on Drug Abuse américain a lancé un appel de recherche sur les bases neurologiques de la toxicomanie et de la dépendance.

     

     

     

    Les recherches qui s'en sont suivies ont supporté le développement de l'idée qu'une production élevée de dopamine était accompagnée d'une perception de plaisir. Le neurotransmetteur est rapidement devenu connu pour cette relation jugée importante dans la compréhension des comportements liés aux drogues et à d'autres substances comme la nourriture.

     

    Le neurotransmetteur, qui était auparavant considéré comme ne jouant qu'un rôle mineur dans la motricité, est devenu au cours des décennies subséquentes l'une des substances les plus connues et jugées importantes du cerveau.

     

    Mais graduellement, des études ont montré des problèmes avec cette conception, les niveaux de dopamine atteignant parfois des niveaux élevés dans des situations non associées au plaisir, par exemple.

     

    Salamone a travaillé à résoudre cette énigme. Ses travaux impliquaient d'augmenter ou de diminuer les niveaux de dopamine chez des animaux et de leur donner ensuite le choix entre deux récompenses de différentes valeurs qui pouvaient être obtenues avec des quantités différentes de travail.

     

    Par exemple, que ferait un rat si à un extrémité d'un corridor se trouvait une quantité de nourriture et à une autre extrémité, une quantité deux fois plus grande mais avec une clôture à franchir sur le chemin? Les rats ayant les niveaux les plus faibles de dopamine choisissaient presque toujours la récompense plus facile de moindre valeur, alors que ceux qui avaient des niveaux normaux n'étaient pas dérangés par l'effort de sauter la clôture pour la récompense de plus grande valeur.

     

    D'autres études chez les humains, par exemple avec des personnes en dépression, ont corroboré ces résultats.

     

    "Souvent les personnes déprimées disent qu'elles ne veulent pas sortir avec des amis", dit Salamone. "Mais ce n'est pas qu'elles ne ressentent pas de plaisir. Si leurs amis étaient là, plusieurs personnes déprimées pourraient avoir du plaisir."

     

    De faibles niveaux de dopamine rendent les gens moins susceptibles de travailler pour obtenir quelque chose, alors le neurotransmetteur a beaucoup plus à voir avec la motivation et l'analyse des coûts et bénéfices qu'avec le plaisir en soi, explique-t-il.

     

    Essentiellement, ajoute-t-il, c'est la façon dont les amphétamines fonctionnent, elles augmentent les niveaux de dopamine et aident à se motiver à se concentrer sur les tâches à accomplir. Avec les amphétamines, les gens mettent plus d'efforts, dit-il.

     

    Des implications importantes de ce changement dans la compréhension du rôle de la dopamine concernent le chevauchement des symptômes motivationnels de la dépression et ceux observés dans d'autres troubles tels que la schizophrénie, la sclérose en plaques et la maladie de Parkinson. Les symptômes de fatigue peuvent être liés à de faibles niveaux de dopamine ou à des changements dans d'autres parties du même circuit cérébral.

     

    Voyez également:

     

    Psychomédia avec source: University of Connecticut


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :