• Gérer l'opposition :

    Gérer l'opposition :

    L'opposition forte est un symptôme qui revient très souvent dans la cyclothymie. Cela peut même être si fort, que l'on appelle ça un Trouble de l'Opposition avec Provocation (TOP).

     

    L'opposition "classique" est un moyen qu'a l'enfant pour apprendre et il l'utilise souvent lors des phases clés de son développement. (Voir fiche: Les crises naturelles de l'enfant.) Elle devient conflictuelle, dans une grande majorité des cas, quand la communication parent/enfant passe mal.

     

    Quand il s'agit d'un TOP il est difficile de s'en sortir seul. Mieux vaut faire appel à un thérapeute. Toutefois, en comprendre les mécanismes et utiliser l'outil ci-dessous peut résoudre une bonne partie de la problématique.

     

    LE TOP.

     

    .../...Selon le DSM IV :

    A. Ensemble de comportements négativistes, hostiles ou provocateurs, persistant (environs 6 mois) durant lesquels sont présents les manifestations suivantes :

    • Se met souvent en colère.
    • Conteste souvent ce que disent les adultes.
    • S'oppose souvent activement et/ou refuse de se plier aux demandes, aux règles des adultes.
    • Embête souvent les autres délibérément.
    • Fait souvent porter sa responsabilité, ses erreurs sou sa mauvaise conduite sur les autres.
    • Est souvent susceptible, ou facilement irrité par les autres.
    • Est souvent fâché, avec du ressentiment.
    • Se montre souvent méchant ou vindicatif.

    Ces symptômes doivent être plus fréquents que ce que l'on observe pour les enfants du même âge avec un développement comparable.

    B. La perturbation des conduites entraîne une altération cliniquement significative du fonctionnement social, scolaire (ou professionnel).../...

    Extrait de "Mon enfant s'oppose. Que dire? Que faire ? - Dr Gisèle George - ed Odile Jacob."


    D'après le Dr Kochman, les notions importantes à ajouter à la définition du DSMIV :
    L'absence de souplesse d'adaptation.
    La perte de contrôle émotionnelle.
    Une forte anxiété en est la cause, le déclanchement d'une crise.

    (Guide de survie pour parents débordés - Dr Frédéric Kochman - Ed l'Archipel)

    Le trouble des conduites.

     

    .../... Selon le DSM IV : Ensemble de conduites répétitives et persistantes dans lesquels sont bafoués les droits fondamentaux d'autrui, ou les normes et règles sociales correspondant à l'âge du sujet, comme en témoigne la présence de 3 critères ci-dessous au cours des 12 derniers mois et d'au moins un de ces critères au cours de 6 derniers mois :

    Agression envers des personnes ou des animaux :

    • Brutalise, menace ou intimide souvent les autres.
    • Commence souvent des bagarres.
    • A utilisé une arme pouvant blesser sérieusement autrui (bâton, caillou, couteau, arme a feu...).
    • A fait preuve de cruauté physique envers des personnes ou des animaux.
    • A commis un vol en affrontant la victime (agression, vol de sac à main, extrosion d'argent...).
    • A contraint quelqu'un a avoir des relations sexuelles.

    Destruction de biens matériels

    • A délibérément détruit le bien d'autrui
    • A délibérément mis le feu avec intension de provoquer des dégats

    Fraude ou vol

    • A pénétré par effraction dans une maison, un bâtiment, une voiture... appartenant à autrui.
    • Ment souvent pour obtenir des biens, des faveurs, ou pour échaper à ses obligation.
    • A volé des objets d'une certaine valeur sans affronter la victime (vol, effraction, contrefaçon...).

    Violations des règles établies

    • Reste dehors tard la nuit en dépit des intérdictions de ses parents, et cela à commencé avant l'âge de 13 ans.
    • A fugué et passé la nuit dehors au moins à 2 reprises.
    • Fait souvent l'école buissonière et cela à commencé avant l'âge de 13 ans.

    Il faut spécifier l'âge de début : pendant l'enfance ou à l'adolescence, et regarder la sévérité :
    Léger : peu ou pas de problème de conduite dépassant en nombre ceux requis pour le diagnostic. De plus les problèmes de conduite n'occasionnent pas ou peu de mal à autrui.
    Moyen : le nombre de problèmes de conduite ainsi que les effets sur autrui sont intermédiaire entre léger et sévère.
    Sévère : il existe de nombreux problèmes de conduite occasionnant un dommage concidérable à autrui. Cela dépasse en nombre ceux requis pour poser le diagnostic.../...

    Extrait de "Mon enfant s'oppose. Que dire? Que faire ? - Dr Gisèle George - ed Odile Jacob."

     

    Comprendre le mécanisme pour le contrer :

     

    Un comportement est mis en place par l'humain quand il en retire un bénéfice, même si à priori cela semble négatif à la majorité des gens. Rappelez-vous quand votre enfant était petit, il regardait votre réaction, et optait pour le comportement qui vous faisait réagir positivement : par exemple la marche.

    RENFORCEMENT POSITIF
    Stimulus => réponse => Conséquence positive
    (renforcement positif, l'enfant va réitérer le comportement)
    Maman tend les bras => Je fais un pas => maman me félicite et me caline.

    RENFORCEMENT NEGATIF
    Stimulus => réponse => Conséquence négative (renforcement négatif, l'enfant continue pour avoir un bénéfice)
    Je dois mettre la table => Refus et Colère => Mon frère le fait à ma place.

     

    ABANDON DU COMPORTEMENT :
    Stimulus => Réponse => Conséquence neutre.
    (comportement abandonné car inutil)
    Je veux un bonbon => Colère => Pas de réaction de la maman

     

    Inviter l'enfant à abandonner un comportement d'opposition :

     

    Il faut procéder comportement par comportement, pas tout à la fois. Attention, cela permet d'en régler pas mal, mais pas forcément tous, pour les plus complexes vous aurez besoin de l'aide d'un thérapeute.

     

    1) Restez neutre, stoïque face à la plupart des comportements d'oppositions.
    Se dire que c'est normal, que l'enfant teste.

     

    2) Persévérez.
    Pas de panique dans un premier temps, l'enfant va forcir son opposition, la multiplier. restez stoïque.

     

    3) Renforcer les comportements positifs.
    Cette partie est essentielle, car elle ancre le comportement positif de l'enfant, et si vous ne deviez mettre en place qu'une seule phase, c'est celle-ci :

     

    • Complimentez tous les actes positifs de l'enfant.
      Même s'il grogne remerciez-le de l'avoir quand même fait.
    • Utilisez la récompense
      Comme dit le proverbe : "On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre".
    • Mettez-le face à ses responsabilités :
      Ne faites pas à sa place les choses qui ne nécessitent pas une absolue résolution (comme mettre le couvert pour manger).
      exemple : s'il refuse de mettre son linge au sale, laissez le se confronter aux conséquences de son choix : se retrouver qu'avec des habits sales pour aller à l'école et affronter les colibets.
    • Aidez-le :
      • par des encouragements et en accusant reception de sa frustration de devoir faire une chose déplaisante.
      • en discutant avec lui pour voir quels sont les causes de cette opposition et comment rétablir les choses. (Voir fiches communication non violente et écoute active )

     

    Si son opposition vous stresse, sortez 5 minutes et revenez ensuite. Dites-lui que vous lui laissez du temps pour faire ce qu'il doit faire. Si c'est très difficile dans un premier temps, qualifiez son comportement comme opposant, et dites lui la difficultés pour vous de devoir sans cesse être freiné dans vos actions par cette opposition systématique.

    => L'argumentation est le carburant qui maintient le cycle de l'opposition, nous dit Benoît Hammarrenger, neuropsychologue,
    [...] Lorsque le cycle commence, dès votre demande initiale on comptera jusqu’à 3 pour que l’enfant se conforme. Si ce n’est pas fait à trois, on coupe les ponts. On isole l’enfant et on cesse complètement d’interagir avec lui pendant quelques minutes. Un enfant ne peut s’opposer seul sur une île déserte! L’opposition n’existe que s’il y a quelqu’un pour relancer l’enfant. En coupant l’interaction et l’argumentation, on coupe le carburant au moteur de l’opposition.[...]
    Lire l'article

     

    OUTIL : "Le tableau à points"

     

    Il existe plusieurs outils de ce genre, les points, les soleils, les jetons...

    Ci-dessous, le tableau d'un ado de 14 ans, dans Excel, avec des commentaires associés.
    Seule distortion, il y figure des points "négatifs" qui ne devraient pas y être. Les parents ont souhaités mettre l'accent sur 5 points qui posaient vraiment des problèmes et éviter les "sermons quotidiens"
    .

    tableau a point d'un ado de 14 ans

    Créer un tableau
    contenant toutes les actions que vous souhaiteriez qu'il fasse :

    • Mettre la table,
    • Faire ses devoirs à 18h...
    • Ranger ses livres
    • Prévenir d'un retard
    • ../... etc selon vos besoins

    Mettre en face de chaque action une valeur en points.
    Selon le nombre de points gagnés, l'enfant obtient un cadeau, la somme en argent de poche... etc....

    Les actions doivent être positives (proscrire les "ne pas...")

    S'il ne le fait pas = une croix dans le tableau sans commentaire ni discution.

    S'il fait une des actions souhaitées = mettre les points obtenus + féliciter.

     

    A noter que ce tableau a rencontré assez vite ses limites. L'erreur a été de traiter trop de points à la fois.
    => Il faut l'utiliser pour 1 seul comportement à la fois.
    => Il faut noter que le positif.

    NOTE ET ARGENT DE POCHE :
    D'autres parents ont mis au point un barème pour les notes scolaires dont le niveau va déterminer le montant de l'argent de poche, pour leur ado de 13 ans. Les résultats sont très encourageants.

     

    OUTIL : Le planning

     

    Lorsqu'on est face à un TOP, le problème numéro un est l'anxiété de l'enfant.
    L'objectif est donc de le rassurer, de lui apprendre a anticiper et le prévénir d'un possible changement.

    " A chaque fois que j'oublie de lui expliquer la façon dont va se dérouler les choses, mon enfant s'oppose, rale, sommatise à tel point que parfois nous sommes obligés d'annuler l'activité prévue" Amélie.

    "Peut-on organiser une surprise à un enfant cyclothymique ? Je ne le crois plus. Je crois qu'avec ces enfants, il faut faire plaisir. Ainsi, on prévient à l'avance des choses qui vont arriver, on étale le plaisir sur plusieurs jours pour limiter le stress.
    Oui, finis les dimanches matin où on réveille l'enfant à l'aube en lui demandant de faire vite pour s'habiller, où l'on monte dans la voiture direction un parc d'attraction. Non, ces surprises, c'est fini avec un enfant cyclo." Sweetdy

    "J'ai en effet toujours eu besoin de préparer mon fils aussi, il demande souvent où on va ? Qui vient? Pourquoi? etc...  Jusque là normal, tout le monde a bien le droit de savoir ce qui se passe ou va se passer.
    Le hic, c'est que quand il n'est pas au courant il est bien entendu excessif dans ses réactions" Fanfan

    La plannification se révèlent être d'un grand secours :

    1. DANS SON AGENDA ET/OU SUR UN CALENDRIER SUR LE FRIGO :
      Notez le plus possible à l'avance les RV, les activités prévues...
    2. Quelques jours avant DETAILLEZ :
      Nous allons prendre tel transport, les habits nécessaires...
      Faire les devoirs avant car on rentrera tard...
    3. ARMEZ-LE CONTRE SES PEURS : Parlez avec lui de ce qu'il doit faire "En cas de problème"
      Rassurez-le sur ses capacités...
    4. IMPREVUS : Prennez 5 minutes en tête à tête pour lui expliquer ce qui va se passer.
      Dans ce cas là, vous devez être à 200% avec lui, et non l'esprit ailleurs.

      Si vous avez oublié de le prévenir d'un évènement, brieffez-le rapido : "La tante Gretrude vient avec sa famille, j'ai oublié de te prévenir, ils viennent manger et passer l'après-midi. Probablement que nous irons faire une promenade."

      N'oubliez pas de parler des annulations potentielles :
      "S'il pleut, on risque de devoir annuler, ne sois pas surpris... "

      Inspirons nous des solutions pour enfants autistes, qui du fait de l'utilisation de pictogrammes est très visuel et très efficace sur tous les enfants : Télécharger le PDF

     

    OUTIL : Donner une consigne efficace

     

    Une des situation ou l'on rencontre le plus d'opposition, c'est quand l'enfant joue et qu'il doit délaisser son jeu pour aider, faire son devoirs etc... Voici une petite vidéo pour les enfants Hyperactifs, qui fonctionne également très bien pour nos enfants cyclo :

    1. Obtenir l'attention
    2. Donner 1 consigne à la fois avec une phrase courte.
        Répéter si l'enfant s'oppose de manière ferme et calme.
    3. Accompagner l'enfant durant la tache
    4. Le féliciter.


    CECOM de L'Hôpital Rivières-des-Prairies - (c)

     


    EN SAVOIR PLUS ?

    A LIRE :

    Mon enfant s'oppose. Que dire? Que faire ?
    Dr Gisèle George - ed Odile Jacob.

    Guide de la motivation : https://www.aide.ulaval.ca/files/content/sites/aide/files/files/reussite/Guide_Motivation.pdf

    LIENS :

    PSYCHOMEDIA - Trouble de l'Opposition avec Provocation - Trouble des conduites

    BLOG DE LILY - Mieux comprendre le trouble de l'opposition
    ARTICLE de l'AQNP - Le trouble d'opposition

    SOSINTIMIDATION - portail des troubles de conduites à l'école

    BIBLIOGRAPHIE :

    Mon enfant s'oppose. Que dire? Que faire ?
    Dr Gisèle George - ed Odile Jacob.

    Sources :

    • Mon enfant s'oppose. Que dire? Que faire ? - Dr Gisèle George - ed Odile Jacob.
    • Les troubles de conduite chez l'enfant et l'adolescent - INSERM sept2005
    • Troubles mentaux, depistage chez l'enfant et l'adolescent - dossier de presse - INSERM 2003
    • Thérapie des schémas. Approche cognitive des troubles de la personnalité - Jeffrey E Young - ed de Boeck
    • DSM IV
    • Association Quebécoise des Neuropsychologues : http://aqnp.ca/documentation/troubles-developpementaux/le-trouble-dopposition-provocation/

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :