• Comment encadrer son enfant lors des devoirs?

    Pas toujours évident, le temps des devoirs et des leçons! Comment épauler notre enfant sans nuire à son autonomie?

     

    Comment encadrer son enfant lors des devoirs?

    Routine et aide
    Établir une routine
     

    • On crée une atmosphère propice à l'étude, on aide notre enfant à gérer son temps et à s'organiser. L'établissement d'une routine est la première étape.
    • On habitue notre jeune à travailler aux mêmes heures tous les soirs (on prévoit un répit au retour de l'école pour lui permettre de se détendre). Cela évite les interminables discussions et les tentations de remettre à plus tard. L'enfant peut participer au choix du meilleur moment pour effectuer ses travaux scolaires, mais, une fois la décision prise, il doit s'y tenir! Si les deux parents sont présents en alternance à la période des devoirs, ils doivent respecter la même routine et avoir les mêmes exigences.
    • Pour favoriser la concentration, la télévision est fermée, la console de jeux vidéo aussi. Et l'élève a à sa portée tout le matériel dont il a besoin (papier, crayons, gomme, dictionnaire, etc.).
     

    Les enfants du primaire consacrent de 30 à 60 minutes par jour à leurs devoirs et leçons, selon qu'ils sont au début ou à la fin du primaire. Au secondaire, il faut une ou deux heures. Au-delà de ce temps, la concentration diminue pendant que la fatigue ou l'ennui s'installent.

    Doser notre aide
    En première et en deuxième année, la présence du parent est soutenue.
    • On peut s'asseoir avec notre enfant à la table de la cuisine ou vaquer à nos occupations dans la même pièce, prête à l'aider au besoin.

    En quatrième et parfois en troisième année, notre jeune peut aller travailler dans sa chambre et faire ses devoirs seul; certains préfèrent encore la table de la cuisine.
    • Notre rôle est de superviser: on s'assure que le travail est fait au complet, on pose des questions, on demande à l'enfant de nous expliquer une équation mathématique ou de raconter l'histoire qu'il vient de lire, on lui fait réciter ses leçons, etc.
    • Notre enfant doit savoir qu'on est toujours disponible pour l'aider.

    Une fois notre jeune au secondaire, il est tentant de relâcher notre supervision en se disant qu'il est maintenant capable de s'organiser seul. Or, les adolescents ont encore besoin du soutien et de l'encouragement de leurs parents. «Il faut continuer à leur rappeler l'importance des travaux scolaires et à y jeter un oeil lorsqu'ils sont terminés», signale Sylvie Hébert.
     

    Pas toujours évident, le temps des devoirs et des leçons! Comment épauler notre enfant sans nuire à son autonomie?

    Organisation et motivation
    Lui apprendre à s'organiser
    • On lui fournit des trucs et des méthodes de travail: afficher les devoirs et les leçons à faire, cocher à mesure les tâches terminées, commencer par le plus difficile ou par ce qu'il aime le moins, etc.; pour la révision ou l'étude, faire un jeu de questions-réponses, utiliser des trucs mnémotechniques, ombrer les mots importants avec des crayons marqueurs, recopier ses notes, formuler des questions, inventer un exemple, etc.

    Robert Darche, enseignant de quatrième année à l'École du Soleil Levant, à Mascouche, et conférencier sur les devoirs, suggère de se servir simultanément des sens visuel, auditif et kinesthésique (par manipulation concrète). «Par exemple, l'élève lit un mot, donc le voit, le dit ensuite à voix haute et l'écrit. Avec cette méthode, il retiendra 85 % de la matière après 24 heures, contre seulement 10 % pour une simple lecture.»
     

    Essentielle, la motivation
    En encadrant notre jeune, on lui fait sentir que ses succès scolaires nous tiennent à coeur.
    • On l'aide aussi en l'encourageant et en le félicitant chaque fois qu'il progresse. «Il est important de parler positivement de l'école et de ne pas dénigrer les professeurs ou les programmes, rappelle Robert Darche. Si on n'aimait pas l'école et qu'on le répète souvent, on risque de transmettre ce sentiment à notre enfant.»

    • S'il a recours à un service d'aide aux devoirs ou si on embauche quelqu'un pour le superviser, on doit quand même s'intéresser à ce qu'il fait. «Idéalement, on ne devrait pas considérer la période des devoirs et des leçons comme une corvée, mais plutôt comme un moment privilégié, une occasion de passer du temps avec notre enfant et de lui transmettre des valeurs comme la ténacité, la persévérance et l'importance de l'effort», conclut Robert Darche.
     

    Pas toujours évident, le temps des devoirs et des leçons! Comment épauler notre enfant sans nuire à son autonomie?

    Les pièges à éviter
    Corriger les erreurs. «Le rôle du parent est de s'assurer que les devoirs sont faits, pas de les corriger, affirme Sylvie, une enseignante de cinquième année. Sinon, l'enfant risque de remettre un devoir sans fautes dont il n'aura pas compris la matière. Un compromis consiste à l'inviter à se relire et à trouver lui-même ses erreurs.» Au début, on peut être assez explicite: «Regarde tel mot, tel exercice.» Peu à peu, on devient moins précise: «Regarde dans ce paragraphe, cette page.» S'il ne comprend vraiment pas, on lui dit: «Ce n'est pas grave. Parfois, il faut des explications supplémentaires. Demande à ton enseignante.» Et on écrit un mot dans son agenda à l'intention de celle-ci.

    Être constamment sur le dos de l'enfant. C'est comme si on lui disait: «Je n'ai pas confiance en toi. Tu n'y arriveras pas sans moi.» L'élève prend l'habitude de compter sur ses parents et tarde à devenir autonome. À mesure qu'il grandit, on devrait le superviser de plus en plus discrètement.

     
    Avoir des exigences trop élevées. On risque de le décourager.

    Dire que c'est facile. «Tu ne comprends pas? C'est tellement facile!» Ce genre de commentaire est fréquent de la part de parents exaspérés. On oublie que, si l'enfant doit apprendre une chose, c'est qu'il ne la sait pas. Si on affirme que la tâche est facile, il se sentira incompétent. Et lorsqu'il réussira, il ne pourra pas se réjouir d'avoir vaincu la difficulté puisque, selon nous, elle n'existait pas.

    Mettre l'accent sur les devoirs au détriment des leçons. «Les devoirs sont une répétition de ce que l'enfant a vu dans la journée, alors que les leçons servent à mémoriser, consolider et évaluer les apprentissages, précise Robert Darche. Les deux sont d'égale importance.»

    Tout faire en une soirée. Et risquer de tout bâcler. Il vaut mieux répartir les devoirs et leçons chaque jour. La constance est très importante et elle évite les longues heures d'étude la veille d'un examen.
     

    Pas toujours évident, le temps des devoirs et des leçons! Comment épauler notre enfant sans nuire à son autonomie?

    À chaque problème sa solution
    Il prend un temps fou à finir ses devoirs. On l'amène à voir les moments où il perd du temps. Pour le motiver, on prévoit une activité agréable avec nous quand il aura terminé. D'autres suggestions: fixer un temps limite à l'aide d'une minuterie, faire une course contre la montre, mettre une période de devoirs et de leçons le week-end s'il ne termine pas dans les délais.

    Il termine au plus vite ses devoirs pour se débarrasser. On fixe une durée obligatoire pour les devoirs et les leçons; s'il termine avant, il doit utiliser le temps qui reste pour réviser ou faire des exercices scolaires. On lui fait recommencer un devoir bâclé ou une leçon mal étudiée en insistant sur l'importance de remettre un travail soigné.

     
    Il veut qu'on fasse ses devoirs à sa place. «Lorsqu'un jeune du secondaire n'a pas fait sa recherche, ce n'est certainement pas aux parents de la faire, soutient Sylvie Hébert. On peut cependant lui suggérer des stratégies pour mieux gérer son temps la prochaine fois: découper le travail par étapes, se fixer un échéancier, etc.» Et on assure une meilleure supervision en le questionnant sur ses travaux scolaires et en vérifiant s'ils sont terminés.

    Il prétend avoir fait ses devoirs alors qu'il n'en est rien. On lui demande un compte rendu de ce qu'il a fait, on l'interroge en vue d'un examen, etc. «Habituellement, un jeune qui doit rendre des comptes fournit plus d'efforts que celui qui est laissé à lui-même et qui croit que ses apprentissages nous importent peu», signale Sylvie Hébert.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :