• Colère + TDAH = Bombe H

    Colère + TDAH = Bombe H

    Comment gérer la colère sous Hyperactivité ou TDAH
    en 6 étapes + un bonus.

    La colère est un paradoxe. A moins d'être un saint, tout le monde a réagi un jour ou l'autre avec colère, du moins par la pensée. Elle éclate devant une injustice ou un préjudice. La riposte nous semble virile et justifiée. Et c'est tellement plus gratifiant que de tendre l'autre joue.

    Quand ce fou du volant me double à toute vitesse et me fait une queue de poisson alors que j'attends patiemment mon tour, j'ai envie de le défoncer. Je suis en colère. Je veux ma revanche. La plupart du temps, la majorité d'entre nous peut neutraliser cette impulsion à la demande.

    La colère engendre le paradoxe suivant : on se sent mieux, mais cette émotion est radioactive, comme une bombe A. Les retombées affectent l'entourage, elles endommagent les relations pendant des années. Pensez aux épouses battues (parfois aux époux), aux enfants maltraités.

    J'ai coaché quelqu'un qui souffrait de stress post traumatique, par suite de violences subies pendant son enfance. Les Américains ont créé l'expression passer en mode " postal " pour illustrer les explosions de fureur incontrôlable. Selon le Dr. John Ratey dans son ouvrage "Shadow Syndromes",1 le milieu psychiatrique voit la colère comme un déclencheur parmi tant d'autres, mais ne la considère pas comme un problème en soi. Le DSM-III2 avait répertorié la catégorie " Désordre Explosif Intermittent ". Cette dernière fut retirée du DSM-IV car personne n'en avait l'utilité.

    Dans le cas des Troubles de Déficit de l'Attention avec Hyperactivité (TDAH), la combinaison se révèle doublement toxique. La colère ne fait pas spécifiquement partie des TDAH. Néanmoins, beaucoup de leurs caractéristiques contribuent à la déclencher.

    La sensation d'être insulté ou d'avoir subi un préjudice sert de détonateur. Une impulsion de défense agressive se déclare ensuite, concrétisée par l'attaque. Lorsqu'une personne souffre de TDAH, ses perceptions sont fréquemment faussées, car son système d'attention erratique a raté une information capitale. Son esprit en ébullition comble alors les blancs selon sa vue personnelle du monde, qui est souvent négative.

    L'insulte présumée entraîne un sentiment de honte. Cette émotion inhibe alors toute possibilité d'enrayer l'explosion. L'impulsivité du TDAH active la bombe, effrayant les adversaires plus faibles et les observateurs de la scène. Elle déclenche aussi bien le réflexe du combat chez ceux qui osent faire front, conduisant à des dommages corporels bien réels. Le Dr. Hallowell mentionne un père et un fils se battant à 3 heures du matin à coup de batte de base-ball et de crosse de hockey.

    Sous l'emprise de la colère, on se sent dans son bon droit. Ceux qui se mettent dans cet état ont du mal à appréhender le problème, jusqu'à ce qu'ils l'aient sous les yeux. Quelqu'un que j'ai coaché a enfin compris pourquoi son épouse menaçait de le quitter, quand il vit la vidéo qu'elle avait filmée dans un de ses accès d'humeur. Sa réaction : "Je n'avais aucune idée de ce à quoi je ressemblais. Je ne veux plus jamais me comporter ainsi."

    Dans son livre"Healing ADD, the 6 Types of ADD"3 le Dr. Daniel Amen identifie les troubles TDAH doublés de colère comme l'une des six versions qu'il dénomme " TDAH Temporels ". La colère chronique, tout comme les TDAH, prend naissance dans le système neurologique du cerveau. La famille et la culture peuvent avoir transmis cette façon d'aborder la vie.

    Pour éviter de traumatiser ceux que vous aimez, voici six étapes pour vous aider à maîtriser votre réaction.

    1. Vous êtes responsable de votre colère. Observez-vous pour détecter ce qui l'attise.

    2. Lorsque vous sentez que vous allez vous fâcher, éloignez-vous. Excusez-vous ; prétextez simplement que vous voulez parler du problème plus tard quand vous aurez eu le temps d'y réfléchir. Faites un tour ou allez aux toilettes.

    3. Si vous vous fâchez en permanence après vos enfants, apprenez quelques techniques alternatives d'éducation. Il existe un programme, STEP4, qui enseigne d'autres méthodes de résolution de problème. http://www.stepinfo.ch.

    4. Inscrivez-vous à un programme de gestion de la colère comme le plan en 12-étapes ou essayez le yoga et la méditation.

    5. Une thérapie, en particulier une thérapie comportementale, vous aidera à comprendre quel rôle votre famille et vos origines culturelles jouent dans votre colère. Elle vous permettra d'identifier quels en sont les déclencheurs, et comment contrôler vos réactions.

    6. Consultez un médecin spécialisé dans les TDAH. Les docteurs Amen, Hallowell, Ratey et Brown parlent tous de patients auxquels le médicament approprié a été d'un grand secours. Dans le cas des TDAH, il est nécessaire de suivre un traitement, mais un stimulant peut agir à contre sens sur la colère ; on utilise des remèdes différents pour la contrôler.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :