• C’est le TOP!

    C’est le TOP!

     

    C’est le TOP!

    Le TOP (Trouble d’opposition avec provocation), c’est en fait l’une des plus désagréable comorbidité du TDAH.  Le trouble d’opposition ressemble un peu aux 2 phases normales que vivent les enfants, le "terrible 2" et l’adolescence… sauf que c’est tout le temps et à puissance 10! L’opposition normale et en fait transitionnelle et apparait lorsque l’enfant aquiert une certaine autonomie. Pour le "trouble" d’opposition, c’est assez différent, il se manifeste lorsque l’enfant s’oppose aux consignes de l’adulte et qu’il argumente sur tout et sur rien, rien à voir avec l’acquisition d’autonomie. Le TOP, c’est une joute argumentaire, un jeu de ballon qui n’en fini plus. Je te lance le ballon, tu me le renvoi, je te le retourne à mon tour et ainsi de suite.

    Pourquoi?

    On se pose tous la question, pourquoi mon enfant a ce trouble?? Selon le Dr Hammarenger, neuropsychologue, qui présentait une conférence sur le sujet : "La gestion des comportements d’opposition", plusieurs facteurs peuvent faire s’installer un trouble d’opposition:

    • La personnalité de l’enfant (il possède depuis toujours une personnalité opposante)
    • Un fort QI verbal
    • Une mauvaise gestion des phases normales (ex. le petit qui réussit à obtenir le bonbon en faisant une crise)
    • Des stresseurs familiaux (divorces, décès, etc.)
    • et finalement, le TDAH, le syndrôme de Tourette.

    Il n’est donc pas nécessaire d’avoir un TDAH pour avoir un TOP, mais l’avoir augmente les chances de l’enfant de développer un comportement opposant.

    L’étude des comportements

    Le Dr Hammarenger a aussi parlé des principes de base des comportements:

    • Un comportement avec des conséquences agréables sera reproduit
    • Un comportement avec des conséquences désagréables sera moins reproduit

    Avec un TOP, il est important de bien comprendre les enjeux de gains.  Mon enfant peut s’opposer et provoquer parce que justement, il en retire un certain bénéfice, notre attention à son égard par exemple.  Dans notre tête d’adulte, ce raisonnement a du mal à faire son chemin parce que logiquement, on se dit qu’avec un tel comportement, il est forcément perdant.  On lui applique toujours une conséquence désagréable à ses gestes… alors qu’au contraire, il gagne en attention et ça, c’est encore plus agréable pour lui! Il faut donc bien étudier les gains que lui apportent certains de ses comportements.

    Les règles d’or

    Ce que le Dr Hammarenger propose pour contenir et faire cesser les comportements d’opposition, c’est:

    1. de couper l’attention négative au moment de l’opposition
    2. d’augmenter l’attention positive donnée à l’enfant/ado au quotidien lorsque ça va bien

    Comment donner de l’attention positive à votre enfant?

    Il vous est peut-être déjà arrivé de voir votre enfant sagement assis à jouer dans sa chambre et de vous dire "ouf, ça fait tellement de bien de le voir jouer tranquille, sans vagues ni tempêtes" et d’éviter de le déranger pour éviter d’éveiller l’ours qui dort…!!  Et bien, le dr Hammarenger suggère plutôt de prendre contact avec l’enfant lorsqu’il est sage et qu’il adopte un comportement qu’on souhaiterait voir reproduire.  Il suffit alors de s’intéresser à son jeu, de jouer avec lui même, de lui dire combien vous l’aimer et que vous aimer le voir adopter ce type de comportement.  Avoir un contact physique, le prendre dans vos bras par exemple, laissera une empreinte encore plus forte sur lui.  Une attention positive qu’il souhaitera voir reproduire.  Dites-vous que si vous ne lui donné par quotidiennement de l’attention, il va aller la chercher!! Et certainement pas de la façon que vous auriez souhaité l’avoir!

    Nous sommes le reflet de l’enfant qui se construit

     Que faire quand ça dérape?

    Vous lui demandé de ranger ses jouets dans sa chambre avant d’aller au lit et il s’y oppose? Il a toujours un bon argument en banque du genre "ça ne me tente pas", "je vais jouer avec demain" ou encore "ils ne me dérange pas"… vous avez toujours une explication prête pour justifier votre demande… vous vous sentez obligé d’en avoir une… il a toujours une bonne réplique pour y répondre et la consigne fini éventuellement par déraper sur un autre sujet et on fini en bout de piste par perdre notre temps en argumentation et à faire grimper notre colère (et la sienne) pour finalement aboutir à une conséquence poussée par la colère et trouvée de façon impulsive! On la regrette parfois, elle est souvent démesurée… pourquoi? Parce qu’elle est donnée sous le coup de la colère.  Comment s’en sortir? En n’y entrant pas! S’il vous lance le ballon et que vous ne l’attrapez pas, il ne pourra plus jouer au ballon avec vous.  Il faut cesser d’argumenter, de se justifier et de lui faire comprendre le pourquoi du comment.  Il le sait très bien! Ça fait plusieurs années que vous lui dites à chaque fois…

    Alors voici ce que propose le Dr Hammarenger :

    Lorsque l’enfant s’oppose à votre consigne : "Tu as 3 secondes pour répondre à ma demande" puis compter "1 – 2 – 3"

    et à 3, placer l’enfant en retrait (le fameux timeout).

    Même si l’enfant réagit à 3, il va quand même en retrait… vous mettez les bases pour la prochaine apparition de l’opposition. C’est tout simple non? Il est important de ne pas argumenter ou de ne pas discuter avec l’enfant durant la période de retrait.

    D’autres pistes de solutions ont été présentées lors de cette conférence et je vous les présenterai lors d’un prochain billet.  En tant que parent d’un enfant opposant, je me suis sentie soulagée par les nombreux exemples présentés par le Dr Hammarenger, je me suis sentie "normale"… et je dois vous avouer qu’il y a un bon bout de temps que je ne m’étais pas sentie aussi comprise… les gens ont toujours une solution plus efficace que nous pour resserer la discipline ou les interventions face à cet enfant opposant.  Même en consultant en psychoéducation, on se questionne sur notre capacité comme parent à gérer ces situations et surtout sur notre compétence globale de parent… combien de fois je me suis sentie "crissement poche" comme mère… Cette conférence a mis un baume sur mes douleurs, sur mon estime personnelle.  Je vous la souhaite à tous!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :